Journées du Patrimoine au Mans

J’ai profité de ce week-end sans ma moitié pour m’adonner à l’un de mes péchés mignons… les visites patrimoniales.  Et quand on aime, on ne compte pas !

  • Exposition Entre archives et jardins à l’Hôtel de Ville

C’est toujours amusant de voir les clichés avant / après d’un même lieu à plusieurs dizaines d’années d’intervalle.

J’en ai profité pour faire ensuite un petit tour sur la rubrique « cartes postales » des Archives départementales de la Sarthe :

Place de la Préfecture au début du XXe siècle (Archives départementales de la Sarthe)
  • Exposition du service patrimoine de la Médiathèque Aragon

Contrairement à ce qu’indiquait le programme, l’espace patrimoine était toujours en travaux et donc inaccessible. L’exposition se tenait donc dans l’auditorium. Dans une ambiance assez intime, des volumes anciens étaient présentés sous vitrine. Comme j’étais penchée sur l’une d’elle, un bibliothécaire s’est proposé de me donner de plus amples explications, et, de fil en aiguille, m’a offert une véritable visite guidée sur mesure.

Chronique de Nuremberg, Songe de Poliphile, Simon Hayeneufve, Jean Grolier, Léon Lebègue, bibliothèque Guy Bigorie, livre d’emblèmes, papier de Montval des Maillol

Je suis repartie de là avec de nombreuses pistes pour aller plus loin, et notamment le site de la BVMM : Bibliothèque Virtuelle du Manuscrit Médiéval.

  • Visite guidée de l’exposition Des fleurs pour Bérengère : Faïences de Malicorne au Musée de la Reine Bérengère (jusqu’au 08/12/2019)

Explications données par Carole Hirardot, toujours aussi plaisante à écouter. Faïences, terres vernissées, grès… maintenant je connais les différences entre ces différents types de céramiques.

  • Exposition Avant le musée, il y avait… sur l’histoire du lieu où a été construit le Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt
Sauvegarder « Monnoyer » : oui Pourquoi ? Rien n’est décidé
Article Le Maine Libre de janvier 1986 – Musées du Mans
  • Conférence de Pierre Chevet (INRAP) : Le Mans antique, au Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt

Cette conférence faisait état des dernières découvertes permises par les fouilles préventives menées par l’INRAP.

Un petit livre a été édité pour l’occasion : Le Mans du Ier au IVe siècle de notre ère dévoilé par l’archéologie.

  • Visite architecturale du Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt avec un architecte du CAUE

Une visite fort intéressante, avec un petit tour sur les toits du musée en prime !

  • Visite guidée 1h / 5 chefs d’œuvre au Musée de Tessé

Focus proposé par Bryan Guillaume, médiateur culturel, sur 5 œuvres remarquables des collections du Musée de Tessé. Techniques, anecdotes, découvertes récentes… une visite dynamique et instructive.

Vanité / Philippe de Champaigne – Musée de Tessé
  • Exposition autour de la BD Les Indes Fourbes (Librairie Bulle / Musée de Tessé)

Excellente idée que celle d’avoir présenté en regard des œuvres des collections modernes du Musée de Tessé les planches BD originales de la nouvelle BD d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido.

Tableau des collections permanente du Musée de TEssé et planche originale des Indes Fourbes (Guarnido/Ayroles)

Pour en savoir plus : Les Indes Fourbes, rencontre avec Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (site « Le cas des cases »)

En attendant la prochaine visite, pause croquis sur l’esplanade du musée :

Croquis du Musée de Tessé

Croquis du Musée de Tessé

  • Visite guidée des coulisses du Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt par sa directrice, Julie Bouillet

La visite passait notamment par les réserves, où nous a été expliqué le système de cotation des objets.

——–

Programme des Journées Européennes du Patrimoine 2019 – Le Mans

La page de présentation des musées municipaux du Mans.

Dessin « à la manière d’une estampe » d’après Henri Rivière

Depuis un bon moment, j’aimerais arriver à rendre l’effet visuel de la gravure (aplats de couleurs « grainés » + contours) avec les moyens du bord. Après un essai infructueux en numérique avec Inkscape (que je ne maîtrise pas assez), voici un essai sur papier avec feutre et crayons de couleur.

Paysages bretons, études de vagues / Henri Rivière. Langlaude
Contour au feutre Pitt
Le village de La Chapelle vu des Tertres (Saint-Briac) / Henri Rivière – Gravure sur bois, 1890

Diorama : le Perche

L’occasion de perfectionner mes prototypes s’est imposée d’elle-même. En effet, m’étant portée volontaire pour animer un atelier « créatif » lors du week-end d’anniversaire d’un ami, je me suis mis en tête de créer un diorama sur le thème du Perche (c’était l’un des thèmes du week-end).

Après une recherche de photos pas aussi fructueuse que prévue sur Internet, je suis allée à la médiathèque emprunter ces deux ouvrages :

  • Le Perche / André Papazian. Editions Ouest-France (j’aime beaucoup leurs ouvrages nature / patrimoine)
  • Le pays de Perche / Julien Cendres et Christian Vallée. Proverbe (très belles photos, mon seul regret est qu’il n’y a pas de légende ou d’index des photos donc on ne sait pas où elles ont été prises).

La première étape a été de repérer des « motifs » typiques pouvant illustrer ce territoire, de m’exercer à les représenter synthétiquement et de voir comment agencer le tout en 4 plans différents.

Des vaches (finalement abandonnées par la suite), un cheval percheron (évidemment), des collines… Le manoir de Courboyer s’est imposé assez rapidement pour l’arrière-plan.

Une des feuilles de brouillon réalisées pour le diorama du Perche

Ensuite j’ai recopié ces motifs sur papier calque, je les ai scannés puis traités sur Inkscape (logiciel libre équivalent d’Illustrator), en faisant en sorte que le tout tienne sur une page A4.

Résultat après décalquage des dessins brouillons puis traitement sur Inkscape

Vous pouvez télécharger la trame du diorama ici : Marie_Grancey_Diorama_Perche_trame.pdf (104 téléchargements)

A imprimer de préférence sur papier type Canson si vous souhaitez ensuite le colorier avec des crayons de couleur ou sur du papier épais lisse si vous souhaitez le colorier au feutre.

Indications : colorier, couper selon les traits pleins*, plier à l’aide d’une règle (la moins épaisse possible) selon les traits en pointillés, coller le contrefort, coller les plans en commençant par celui du fond.

*Pour le morceau de papier qui correspond au contrefort (en bas à gauche de la feuille), il faut prolonger les lignes jusque sur les bords de la feuille.

Diorama du Perche : mode d’emploi en images

Diorama Perche colorié au feutre
Coloriage de la planche A4 au feutre
Découpe des détails au scalpel
Découpe des différents plans
C’est prêt !

Collage du « contrefort » au dos du ciel

Pliage : plier une languette dans un sens puis retourner le papier pour plier la seconde languette dans l’autre sens.

Pliage – 1
Pliage – 2
Pliage - 3
Pliage – 3
Premier plan plié
Premier plan plié
Collage du dernier plan

Diorama du Perche terminé !

Prochaine étape : faire un diorama au motif urbain… j’ai déjà commencé, ben c’est pas gagné…

Diorama : les prototypes

Cette année je me suis enfin lancée dans la fabrication de petits dioramas. J’avais ça dans un coin de ma tête depuis un moment… à vrai dire, depuis ma classe de neige, ce qui remonte à plus d’un quart de siècle…

Après moult essais, j’ai créé une version « clé en main » que j’ai pu tester lors d’un anniversaire, et qui a eu son petit succès.

  • Essai 1

Premier test : peinture acrylique (grossière, vu qu’il s’agissait de mon premier essai) et support en polystyrène… euh, comment dire… à oublier !! (ne serait-ce que parce que découper du polystyrène, c’est juste un vrai cauchemar !).

Malgré tout, ma méthode de définition des différents plans semble fonctionner. Penser à ajouter un arrière-plan avec le ciel (et donc à lui laisser assez de place pour qu’il puisse exister).

  • Essai 2

Je trouve ça déjà nettement mieux que le premier ! Même si c’est beaucoup plus petit que ce que j’imaginais faire au début, j’ai gardé ce format pour les dioramas ultérieurs (carré de 8,5 cm de côté), avec pour objectif de le faire tenir sur une feuille de papier Canson.

Je ne sais pas trop quoi penser des contours noirs. C’est vrai que ça alourdit les fleurs du premier plan, par contre j’aime bien ce que ça donne avec les sapins.

  • Essai 3

Inspiré du Château de Bouges (Indre).

Là, j’ai eu la folie des grandeurs : je me suis dit que j’allais pouvoir jouer avec l’effet « 3D »… mais comme je n’y suis pas allée de main morte, ça n’a pas du tout donné l’effet escompté !

Diorama parc du château

Vu de biais en plongée ça passe encore…

Diorama parc du château

… mais alors vu de face l’effet est complètement raté.

  • Essai 4

Basé sur des photos de la charmante bourgade de Gruyères, en Suisse.

Avec celui-ci j’ai innové en fabriquant un « cadre » (en fait j’avais déjà essayé sur l’essai n°1 mais c’était vraiment trop horrible), avec un ciel sur les 3 côtés et un sol colorié.

Diorama de Gruyères (Suisse)

Diorama de Gruyères (Suisse)

Diorama de Gruyères (Suisse)

Je suis plutôt contente du résultat, mais j’aurais pu ajouter un plan et surtout j’aurais dû éviter d’utiliser de la colle repositionnable (par erreur) car du coup les languettes n’arrêtent pas de se décoller…

Ce jour là, j’avais ouvert mon salon pour un atelier dessin. J’ai essayé d’entraîner deux comparses dans mes délires dioramesques en leur faisant créer un diorama de A à Z (c’est à dire en leur faisant définir les différents plans d’après une ou plusieurs photos, puis utiliser règle, équerre et papier calque…). C’était peut-être un peu trop ambitieux. L’idée de proposer un diorama « clé en main », qui pourrait servir de première approche, s’est donc imposée (cf diorama « Perche »)

  • Essai 5

Le diorama n°3 avait tendance à s’affaisser. Pour celui-ci j’ai donc découpé et collé les languettes en quinconce (pour ne pas qu’elles penchent vers l’arrière) et ajouté un « contrefort » au dos.

Brouillon pour diorama montagne
Choix des différents plans
Diorama montagne au crayon de couleur aquarellable
Diorama montagne au crayon de couleur aquarellable

En formation…

En formation, c’est bien connu, trop souvent parfois on s’ennuie… Dans ces cas-là, il est bien agréable d’avoir un défouloir une occupation, même si on tourne vite en rond au niveau de l’inspiration…

Les dessins ci-dessous ont été réalisés au cours d’une formation particulièrement douloureuse, donc fructueuse.

2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Divers3

2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Divers1

2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Divers2     2016_11_Marie_Grancey_En_Formation_Divers4

2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Mikado     2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Montre1

2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Gomme1     2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Montre2

2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Bouteille1     2016_11_Marie_Grancey_En_formation_Trousse1