Journées du Patrimoine au Mans

J’ai profité de ce week-end sans ma moitié pour m’adonner à l’un de mes péchés mignons… les visites patrimoniales.  Et quand on aime, on ne compte pas !

  • Exposition Entre archives et jardins à l’Hôtel de Ville

C’est toujours amusant de voir les clichés avant / après d’un même lieu à plusieurs dizaines d’années d’intervalle.

J’en ai profité pour faire ensuite un petit tour sur la rubrique « cartes postales » des Archives départementales de la Sarthe :

Place de la Préfecture au début du XXe siècle (Archives départementales de la Sarthe)
  • Exposition du service patrimoine de la Médiathèque Aragon

Contrairement à ce qu’indiquait le programme, l’espace patrimoine était toujours en travaux et donc inaccessible. L’exposition se tenait donc dans l’auditorium. Dans une ambiance assez intime, des volumes anciens étaient présentés sous vitrine. Comme j’étais penchée sur l’une d’elle, un bibliothécaire s’est proposé de me donner de plus amples explications, et, de fil en aiguille, m’a offert une véritable visite guidée sur mesure.

Chronique de Nuremberg, Songe de Poliphile, Simon Hayeneufve, Jean Grolier, Léon Lebègue, bibliothèque Guy Bigorie, livre d’emblèmes, papier de Montval des Maillol

Je suis repartie de là avec de nombreuses pistes pour aller plus loin, et notamment le site de la BVMM : Bibliothèque Virtuelle du Manuscrit Médiéval.

  • Visite guidée de l’exposition Des fleurs pour Bérengère : Faïences de Malicorne au Musée de la Reine Bérengère (jusqu’au 08/12/2019)

Explications données par Carole Hirardot, toujours aussi plaisante à écouter. Faïences, terres vernissées, grès… maintenant je connais les différences entre ces différents types de céramiques.

  • Exposition Avant le musée, il y avait… sur l’histoire du lieu où a été construit le Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt
Sauvegarder « Monnoyer » : oui Pourquoi ? Rien n’est décidé
Article Le Maine Libre de janvier 1986 – Musées du Mans
  • Conférence de Pierre Chevet (INRAP) : Le Mans antique, au Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt

Cette conférence faisait état des dernières découvertes permises par les fouilles préventives menées par l’INRAP.

Un petit livre a été édité pour l’occasion : Le Mans du Ier au IVe siècle de notre ère dévoilé par l’archéologie.

  • Visite architecturale du Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt avec un architecte du CAUE

Une visite fort intéressante, avec un petit tour sur les toits du musée en prime !

  • Visite guidée 1h / 5 chefs d’œuvre au Musée de Tessé

Focus proposé par Bryan Guillaume, médiateur culturel, sur 5 œuvres remarquables des collections du Musée de Tessé. Techniques, anecdotes, découvertes récentes… une visite dynamique et instructive.

Vanité / Philippe de Champaigne – Musée de Tessé
  • Exposition autour de la BD Les Indes Fourbes (Librairie Bulle / Musée de Tessé)

Excellente idée que celle d’avoir présenté en regard des œuvres des collections modernes du Musée de Tessé les planches BD originales de la nouvelle BD d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido.

Tableau des collections permanente du Musée de TEssé et planche originale des Indes Fourbes (Guarnido/Ayroles)

Pour en savoir plus : Les Indes Fourbes, rencontre avec Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (site « Le cas des cases »)

En attendant la prochaine visite, pause croquis sur l’esplanade du musée :

Croquis du Musée de Tessé

Croquis du Musée de Tessé

  • Visite guidée des coulisses du Musée Jean-Claude Boulard – Carré Plantagenêt par sa directrice, Julie Bouillet

La visite passait notamment par les réserves, où nous a été expliqué le système de cotation des objets.

——–

Programme des Journées Européennes du Patrimoine 2019 – Le Mans

La page de présentation des musées municipaux du Mans.

Exposition Albert Renger-Patzsch au Jeu de Paume

Belle rétrospective de l’œuvre du photographe allemand Albert Renger-Patzsch (1897-1966).

Les thèmes se succèdent au fil des années : plantes, paysages fantasmagoriques entre campagne et ville d’après-guerre, bâtiments industriels, objets manufacturés, arbres, motifs rocheux.

Paysage près d'Essen et charbonnage "Rosenblumendelle" - 1928
Paysage près d’Essen et charbonnage « Rosenblumendelle » – 1928
Charbonnage "Victoria Mathias" à Essen - 1929
Charbonnage « Victoria Mathias » à Essen – 1929
Verrerie d'Iéna (béchers) - 1934
Verrerie d’Iéna (béchers) – 1934
Forêt de sapins en hiver - 1951
Forêt de sapins en hiver – 1951

Jeu de Paume, Paris (Concorde), du 17 octobre 2017 au 21 janvier 2018

http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2757

… le Jeu de Paume, c’est aussi une super librairie sur le thème de la photo !

Librairie_Jeu_de_Paume

 

Exposition Henri Gizard – Musée de la Reine Bérengère (Le Mans)

Il y a quelques semaines, je suis allée visiter la belle exposition dédiée à Henri Gizard (1879-1929) au Musée de la Reine Bérengère (dans le Vieux Mans). L’artiste sarthois, originaire de Saint-Calais, m’était inconnu.

Cette exposition m’a fait penser à celle que le musée avait consacrée au printemps 2015 à Eugène Delâtre, qui m’avait fascinée.

J’ai beaucoup aimé les dessins aux traits noirs rehaussés d’aquarelle.

L'Huisne à l'Epau / Henri Gizard. Musées du Mans
L’Huisne à l’Epau / Henri Gizard. Musées du Mans

(Les photos n’étant pas autorisées en raison de l’exposition d’œuvres issues de collections privées, je n’ai pas pu illustrer cet article comme je l’aurais souhaité.)

Dossier de presse disponible : ici.

Article de Ouest France du 21/06/2016

Normandie impressionniste – Caen – Exposition Frits Thaulow

Belle exposition au musée des Beaux-Arts de Caen consacrée à Frits Thaulow, peintre norvégien du « pleinairisme ».

« Né à Oslo en 1847, Frits Thaulow découvre Paris en 1874, l’année même de la  première exposition impressionniste. En 1892, il s’installe durablement en  France, multipliant parallèlement les voyages à travers l’Europe et menant une carrière internationale exceptionnelle. Partout où il se rend, il plante son chevalet et peint sans relâche les paysages qui l’entourent. En choisissant d’organiser la première grande rétrospective de l’œuvre de Frits Thaulow, le musée des Beaux-Arts de Caen esquisse le portrait d’un citoyen du monde, écologiste avant l’heure. »
Extrait du dossier de presse disponible ici. Exposition jusqu’au 26 septembre 2016.

Parmi les salles, l’une présente de nombreuses scènes de rivières. Devant ces peintures d’eau vive, on a envie de plonger sa main dans le flot pour en sentir la fraîcheur…

Rivière
Frits Thaulow / Moulin à eau, 1892, huile sur toile, 81,3
x 121 cm. Philadelphie : Museum of Art

En entrant dans la salle dédiée à l’hiver, la sensation d’éblouissement et de froid est saisissante. On croit respirer l’air sec et froid, mais également sentir le soleil.

Traces de pas au premier plan, skieurs au second plan
Frits Thaulow / Hiver en Norvège, 1886, huile sur toile,
98 x 159 cm. Paris : Musée d’Orsay
Traces dans la neige
Frits Thaulow / Hiver (détail), 1886, huile sur toile. Oslo : Nasjonalgalleriet.
Photo de Frits Thaulow peignant en extérieur, dans la neige
Frits Thaulow, cliché Anders Beer Wilse. Oslo, Norsk Folkemuseum

Exposition Pedrosa « Portugal »- Médiathèque du Mans

Derniers jours ! (jusqu’au 20 août)

Dans le cadre de l’évènement « Portugal : un air de Saudade », je vous invite à découvrir (si ce n’est pas déjà fait), les planches BD originales de Cyril Pedrosa pour son album Portugal (2011, Dupuis « Aire libre ») exposées à la Médiathèque Louis Aragon du Mans. J’ai assisté à la conférence qui y était donnée le 20 mai 2016, super souvenir !

Bus "sautillant"
Cyril Pedrosa / planche pour Portugal, Dupuis, 2011(…j’ai oublié de noter le numéro de la planche, mais ce dessin correspond à la première case de la page 79)

Certaines planches sont visibles : ici (Galerie 9e Art).

Plus d’informations : ici (pages 9-11)

Normandie impressionniste – Rouen – Musée des Beaux-Arts

Nous profitons de cette belle journée classée « noire » sur les autoroutes des vacances pour nous rendre à Rouen… libérée de ses habituels embouteillages !

Direction le Musée des Beaux-Arts de Rouen. J’y étais allée en 2003 et en avait gardé un très bon souvenir. Parmi les tableaux monumentaux exposés , celui-ci m’avait particulièrement marqué :

Alfred AGACHE - Énigme (détail) Huile sur toile, 1888 - Musée des Beaux-Arts de Rouen
Alfred AGACHE – Énigme (détail)
Huile sur toile, 1888 – Musée des Beaux-Arts de Rouen

Toujours dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, nous avons commencé par visiter l’exposition temporaire Manet, Renoir, Monet, Morisot… Scènes de la vie impressionniste. Est-ce parce que nous avions fraîchement vu d’autres expositions sur le même thème ? Nous avons trouvé la muséographie moins agréable que lors de nos précédentes visites dans le cadre du festival. Peut-être est-ce dû également au thème un peu « fourre-tout ».

Il n’était pas autorisé de prendre des photos, mais nous avons noté quelques noms d’artistes que nous ne connaissions pas afin d’en savoir un peu plus sur eux par la suite… Parmi eux, Federico Zandomeneghi.

Jeune fille au lit
Au lit – Federico Zandomeneghi – 1878
Florence, Galleria d’Arte moderna

Pause déjeuner à l’excellent In Situ, à 2 pas du musée.

Restaurant In Situ – 35 Rue Lecanuet 76000 ROUEN

Retour au musée, pour parcourir les collections permanentes (il n’y avait plus de plan imprimé, dommage car certaines salles étant fermées, on était un peu perdus).

Parmi les salles l’une d’elle est consacrée à Jeanne d’Arc (bûcher rouennais oblige…), où il y en a pour tous les goûts.

Jeanne d'Arc écoutant ses voix (détail) / Léon François Bénouville Musée des Beaux-Arts de Rouen, dépôt du Fonds National d'Art Contemporain
Jeanne d’Arc écoutant ses voix (détail) / Léon François Bénouville
Musée des Beaux-Arts de Rouen, dépôt du Fonds National d’Art Contemporain

De nombreux tableaux de la période impressionniste peuvent être admirés dans plusieurs salles (en dehors de l’exposition temporaire).

Le Port d'Honfleur - René de Saint-Delis - 1905 Musée des Beaux-Arts de Rouen, donation François Depeaux
Le Port d’Honfleur – René de Saint-Delis – 1905
Musée des Beaux-Arts de Rouen, donation François Depeaux
La Vielle Fabrique - Frits Thaulow Musée des Beaux-Arts de Rouen
La Vielle Fabrique – Frits Thaulow
Musée des Beaux-Arts de Rouen

… Frits Thaulow, qui est lui-même l’objet d’une exposition au Musée des Beaux-Arts de Caen… (soon…)

Normandie impressionniste – Vernon

Le Bistrot des fleurs étant fermé pour les congés (il nous avait laissé un excellent souvenir… il y a plus de 10 ans), nous nous sommes reportés sur son voisin l’Envie, où nous avons pris un succulent déjeuner.

Nous nous sommes ensuite rendus au Musée de Vernon afin de visiter l’exposition Portraits de femmes : tableaux peints par des femmes. Les sujets sont peu variés (la plupart du temps des femmes ou des jardins), la faute à la misogynie de l’époque, illustrée par un mur de citations plus édifiantes les unes que les autres…

Cécilia Beaux - Sita et Sarita ou jeune fille au chat (détail) (huile sur toile) - 1893-1894 Paris, Musée d'Orsay
Cécilia Beaux – Sita et Sarita ou jeune fille au chat (détail) (huile sur toile) – 1893-1894
Paris, Musée d’Orsay
Anna Boch - En juin / Femme au jardin (huile sur toile) - 1894 Propriété de l'Etat belge, en dépôt au Musée des beaux-arts de Charleroi
Anna Boch – En juin / Femme au jardin (huile sur toile) – 1894
Propriété de l’État belge, en dépôt au Musée des beaux-arts de Charleroi

Nous avons ensuite visité les collections permanentes du musée, dont une section dédiée à l’impressionnisme et une autre à l’art animalier.

Dans le coin « boutique », j’ai pu consulter catalogues et/ou cartes postales d’expositions précédentes (Rosa Bonheur, l’éloge du monde animal ; Harry Eliott, le gentleman illustrateur), ce qui me laisse penser que nous y retournerons probablement pour voir les prochaines expositions.

Dernière photo de notre séjour « impressionniste » : vue de la cour du Musée de Vernon au travers de la porte fenêtre du hall d’accueil…

Cour du musée de Vernon, vue à travers la fenêtre de l'accueil
Musée de Vernon

Normandie impressionniste – Giverny

Nous nous sommes ensuite rendus à Giverny afin de visiter 2 autres expositions du Festival Normandie Impressionniste (l’une à Giverny et l’autre à Vernon).

Nous en avons profité pour visiter les jardins de Claude Monet.

Ça n’était pas la meilleure saison pour le faire (beaucoup de fleurs fanées), ni le bon jour, relativement couvert. Il y avait beaucoup de monde et l’entrée, pour un site de cette fréquentation, n’était pas très bien gérée (par ailleurs l’unique caisse avait un problème de machine de billetterie, ce qui n’arrangerait rien). En revanche, la boutique de souvenirs, immense, ne manquait ni de personnel ni de caisses… hum, hum…

La maison vaut le détour, il y a notamment une belle collection d’estampes japonaises. Le jardin est un peu trop « plein » à mon goût. La promenade au bord de l’eau (avec le fameux pont japonais) est agréable, quoique le charme soit un peu brisé par la route qui passe à proximité (et qu’il faut traverser par un passage souterrain).

Hiroshige - Le chat à la fenêtre
Hiroshige – Le chat à la fenêtre

Nous sommes ensuite allés visiter l’exposition temporaire du Musée des impressionnismes de Giverny : Sorolla, un peintre espagnol à Paris (visible jusqu’au 6 novembre 2016).

C’était une très belle exposition. Devant les tableaux de bord de mer, on s’y croyait vraiment…

Joaquín Sorolla - Pêcheurs valenciens (huile sur toile) - 1895 Collection Broere Charitable Foundation
Joaquín Sorolla – Pêcheurs valenciens (huile sur toile) – 1895
Collection Broere Charitable Foundation
Joaquín Sorolla - L'été (huile sur toile) - 1904 La Havane, Museo Nacional Bellas Artes
Joaquín Sorolla – L’été (huile sur toile) – 1904
La Havane, Museo Nacional Bellas Artes
Femme de dos à la mer
Joaquín Sorolla – (esquisse petit format – huile sur carton) – 1904
Joaquín Sorolla - Cousant la voile (huile sur toile) - 1896 Venise, Fondazione Musei Civici di Venezia, Museo Correr, Galleria Internazionale d'Arte Moderna di Ca'Pesaro
Joaquín Sorolla – Cousant la voile (huile sur toile) – 1896
Venise, Fondazione Musei Civici di Venezia, Museo
Correr, Galleria Internazionale d’Arte Moderna di
Ca’Pesaro

En dehors de l’exposition, nous avons été déçus par la quasi-absence d’œuvres « permanentes » montrées au public (une seule salle).

Normandie impressionniste – Elbeuf

Deuxième étape de notre voyage dans le temps : Elbeuf, plus précisément une ancienne usine transformée en musée, La Fabrique des Savoirs, qui accueille jusqu’au 13 novembre 2016 l’exposition « De l’intime au social, le studio Edeline à Elbeuf (1904-1970)«  (entrée libre).

Voici la présentation qu’en fait le musée : « L’exposition est consacrée aux portraits réalisés dans l’atelier de photographie d’Eugène Edeline entre 1904 et la fin des années 70. Depuis le début du XXe siècle, trois générations ont ainsi  photographié une grande partie de la population d’Elbeuf et de sa région jusqu’aux proches villages de l’Eure. Dans l’intimité de ces personnes, dévoilant leur image à l’occasion des moments importants de leur vie s’est constituée au fil des années une extraordinaire collection, véritable portrait d’une ville et d’une société. Cet ensemble inédit constitue une ressource artistique et documentaire précieuse pour observer la pratique  des photographes d’art professionnels. »

C’était une très belle exposition, pleine d’émotions… J’avoue, on n’a pas pu s’empêcher de se moquer gentiment de certains « portraiturés » !

Photographie de couple (Pellerin) - Studio Édeline, 1928
Photographie de couple (Pellerin) – Studio Édeline, 1928

Une conclusion s’impose : les coiffures ridicules ne datent pas d’aujourd’hui (si vous voyez ce que je veux dire…)

Photographie de fratrie ? (nom illisible) - Studio Édeline, 1931
Photographie de fratrie ? (nom illisible) – Studio Édeline, 1931
Photographie (Saint-Pierre) - Studio Édeline, 1927
Photographie (Saint-Pierre) – Studio Édeline, 1927

Le livre de l’exposition est publié par les Éditions des falaises.

Nous n’avons guère eu le temps de visiter les collections permanentes du musée mais nous avons tout de même pu monter au 5e étage admirer la vue sur les anciennes usines Blin & Blin et assister au rez-de-chaussée à l’histoire de l’implantation et du développement d’Elbeuf en « vidéo-maquette » (je ne sais pas quel est le terme approprié pour cette installation).

Illustration tirée du site La Fabrique des Savoirs
Illustration tirée du site La Fabrique des Savoirs

Normandie impressionniste – Bernay

Georges et moi venons de passer 2 jours en Normandie afin de visiter quelques-unes des expositions proposées dans le cadre du Festival « Normandie Impressionniste ».

Nous nous sommes tout d’abord rendus à Bernay, labellisée « Ville d’art et d’histoire ». Bien qu’ayant passé mon adolescence à une trentaine de kilomètres de cette bourgade, je n’y avais jamais mis les pieds. Nous fûmes donc surpris de découvrir une magnifique petite ville normande. Je n’ai pas (encore) lu Madame Bovary, mais du peu que j’en sais, j’imagine fort bien l’intrigue se dérouler ici. De belles maisons en brique ou à colombages, une abbatiale dont le chevet est recouvert de pans de bois (comme dans la région de Troyes), les bâtiments en pierre de l’ancien ensemble abbatial abritant aujourd’hui la mairie et le musée des beaux-arts… et, un peu plus loin, la « Maison Paquebot » symbole du modernisme des années 30.

Maisons à colombages, Bernay
Maisons à colombages à Bernay
Bernay : Musée des Beaux-Arts, Hôtel de Ville, Abbatiale Notre-Dame
Bernay : Musée des Beaux-Arts, Hôtel de Ville, Abbatiale Notre-Dame
Maison Paquebot, Bernay
Maison Paquebot, Bernay

« Portraits de lectrices » était le thème de cette première exposition.
(J’ai justement en cours une peinture de lectrice, sur laquelle je bloque : après avoir passé des jours sur une perspective pourrie – qui l’est d’ailleurs toujours –  je n’arrive pas à décider de quelle couleur je dois peindre la robe de ma gente dame…).

Nous avons souri devant la double-page d’un ancien numéro de Marie-Claire sur les « Lettres difficiles » (à écrire).

« Les lettres difficiles » : article paru dans Marie Claire n°9, avril 1937 (collection particulière)
Exemple de lettre pour demander l’échange d’un cadeau, tiré de l’article « Les lettres difficiles » paru dans Marie Claire n°9, avril 1937 (collection particulière)

Après avoir mangé un délicieux couscous au Dattier (quand on ne sait pas où aller manger en vacances, Georges et moi optons souvent pour un couscous… et nous n’avons jamais été déçus par ce choix… humm la bonne semoule !), nous sommes allés visiter les collections permanentes du Musée des Beaux-Arts.

« La Sculpture » (plâtre) – Léon FAGEL – 1904 – Musée des Beaux-Arts de Bernay